10/08/2014

L'ACCA de Montréal prépare la saison de chasse

ACCA de Montréal : ouverture du sanglier le 15 août

 

DSC_0010.JPG

 

 

DSC_0012.JPGCe samedi 2 août une trentaine de chasseurs se sont retrouvés dans les locaux flambants neufs pour présenter la saison prochaine du grand gibier. Le président Jean-Paul Lerch donnait lecture du règlement intérieur. Avant de partir sur le terrain les postes seront tirés au sort. De plus le gilet sera obligatoire ainsi que la corne et la laisse. A l’issue de la chasse le gibier sera dépecé dans le local adapté tout neuf. Il est précisé qu’il n’y aura pas d’apéritif et pendant la journée pas d’alcool fort à midi. Interdiction de fumer dans les salles. Du mois d’août au 14 septembre ouverture du chevreuil et du daim avec une seule battue par jour. Invitation à partir du 4e week-end aprèsDSC_0009.JPG l’ouverture générale pour 15€ la journée.  Journées de prestations seront demandées aux chasseurs (débroussage ou battue aux nuisibles), en cas de journée accomplie il sera demandé 30€. On relève 5 nouvelles cartes de chasseur de gros gibier. Le premier daim sera consacré pour une tombola dans le village. La distribution des cartes "gros gibier" se déroulera le jeudi 7 août de 18h à 19h. Les jours de chasse sont limités aux samedis et dimanches et éventuellement le mercredi s’il y avait assez de chasseur. L’ACCA compte à ce jour 25 postiers et 6 piqueurs. Rendez-vous est donné le vendredi 15 août à 6h 15 pour les diverses formalités avec départ de la battue à 7h.

 

RL

18/06/2012

L'ACCA a retrouvé la sérinité

09 juin 2012 008.jpg

09 juin 2012 003.jpgDevant une quarantaine de chasseurs le Président Keller ouvrait cette Assemblée Générale dans un contexte de sérénité. A ses côtés le maire Christian Rebelle prenait une place très active à cette AG. Au niveau du rapport d’activité il était fait un rappel des différents lâchers avec 150 perdreaux dont 50 en Août et 100 la veille de l’ouverture, 150 faisans échelonnés 50 à l’ouverture, 50 à la toussaint et 50 à Noël et 2 trio de lièvres. Il était signalé que 2 chasseurs n’ont pas rendu leurs carnets de prélèvements et que ces carnets soient le reflet de la réalité. Ensuite le Trésorier faisait une lecture du rapport financier clair et précis où l’on relevé 2 comptabilités distinctes entre l’ACCA et le gros09 juin 2012 006.jpg gibier. Les recettes équilibrant les dépenses la trésorerie reste positive. Ces 2 rapports étant approuvés à l’unanimité, Les discutions et échanges allaient prendre toute l’ampleur. Sur les lâchers de perdreaux et un consensus se fixait en 1 seul lâcher de 100 perdreaux à l’ouverture car le lâcher d’Août était décimé par les prédateurs. Si statuquo sur le lâcher de faisant les propriétaires faisaient remarquer les dégâts infligés aux semis et aux récolte par les palombes. Le passage de ces migrateurs n’étant pas fixé à un week-end il était décidé d’ouvrir la semaine avant et après de la St Luc.

Il était fait état des réserves obligatoires avec 09 juin 2012 007.jpgl’annonce des nouvelles réserves et pour certains il aurait été opportun d’y mettre les vignes irriguées qui sont interdites. Le premier magistrat lançait alors la création d’une équipe aux nuisibles, vu la prolifération des renards notamment. Ils étaient 25 à adhérer au projet qui déclenchera courant janvier 2013. Un rappel, le lapin étant dorénavant classé gibier, le furetage est interdit sauf pour déplacer la population. 3 membres du conseil d’administration étant sortants, ils étaient réélus car pas de nouvelles candidatures. On retrouve donc Président d’honneur le Maire Christian rebelle, à la présidence Michel Keller, vice-président Jean François Loubet, trésorier Dominique Andrieu, secrétaire Jean-Paul Corrèze, membres Michel Bazy, Claude Riu, Francis Gras, Georges Mazières et Richard Bénazet. Avant l’apéritif et le repas traditionnel, il était rappelé de respecter les parkings et les panneaux de signalisation et tout chasseur qui ne rapportera pas son carnet de prélèvement sera sanctionné. Une assemblée très constructive après les mouvances passées.   

11/04/2012

Les Garde-chasses particuliers ont longuement échangé pour leur assemblée générale

17 mars 2012 003.jpg

17 mars 2012 006.jpgOrganisé par le régional de l’étape Bernard Biau l’Association des Garde-chasse particuliers de l’Aude faisait pour la 2e année consécutive son Assemblée Générale à Montréal. Le président Georges Fradet, avec à ses côtés Patrice Lemoine et Pierre Nidiau représentant la Fédération Départementale des Chasseurs, Jean-Claude San Miguel Formateur à la Fédération Interdépartementale des Gardes Particuliers, Bernard Biau le Trésorier et Bernard Breil17 mars 2012 007.jpg représentant le Maire, excusé, et la Louvèterie de l’Aude, accueillait la quinzaine de gardes qui avaient répondu présents. Après les mots de bienvenue, le Président donnait la parole au Trésorier Bernard Biau qui énumérait les divers éléments en soulignant l’absence de sponsors et le fiasco de la tombola. Ensuite ce dernier lisait le rapport d’activité transmis par le secrétaire qui n’a pu être présent.

17 mars 2012 012.jpgAprès le quitus donné par le commissaire aux comptes ces rapports étaient votés favorablement à l’unanimité. M. Pierre Nidiau, administrateur à la Fédération des chasseurs, faisait un petit historique des événements récents et présentait Patrice Lemoine qui chargé jusqu’à présent de la Police et de la Cynégétique qui prenait le poste de Directeur de là de long échanges fructueux mettaient en place les bases d’une prochaine collaboration. Ensuite le formateur San Miguel faisait un rappel de ce qui doit se faire et ce qui ne le doit pas. Ce rappel était accompagné de la remise des statuts. Pour clôturer cette fructueuse Assemblée, le lieutenant de louvèterie Bernard Breil se félicitait de cette collaboration que ce soit vers les gardes que vers la FDCA.

Dans l’attente de la formation du bureau le conseil d’administration fut voté avec MM Georges et Pierre Yves Fradet, Jean Antoine Lopez, Jean Rouairoux, Bernard Biau, Auguste Jativa et Bernard Molveau. Le mot cde la fin revenait à Christian Rebelle qui avait regagné la salle entre-temps : « Je me félicite de cette action commune pour sauvegarder la chasse dans l’Aude et si cela est un plaisir il doit y avoir des barrières pour limiter les accidents et les abus, dont vous êtes les gardiens ! » Le premier magistrat remettait 3 trophées aux gardes les plus anciens.

22/03/2012

Le carnaval de Montréal

La maison de retraite a fait son carnaval

_ACC7214.jpg

 _ACC7215.jpgC’est dans des atours multicolores que le personnel de la Maison de retraite a transporté les résidants dans cette tradition millénaires où sous des habits et costumes divers, les gens du peuple oubliaient un moment leur misère et leurs tracasseries habituelles. Mais cette manifestation s’est diffusée dans toutes les couches sociales et sous diverses formes. Que ce soit temporel comme le Carnaval de Limoux, rustre comme la Fête de l’Ours à Prat-de-Mollo, de_ACC7216.jpg masse comme à Dunkerque ces moments conviviaux où les barrières sociales sont oubliés, les costumes annihilent les différences et c’est dans la même euphorie que tous chantent et dansent. La Maison de Retraite n’a pas failli à cette tradition et ce moment privilégié de danses et de chansons à transporté tous les résidents dans un moment magique loin du « Train-train » quotidien. Jean-Marie Juraver à la guitare et Robert Wyckaert à l’harmonica ont joué des airs entrainants et bien rythmés. Un moment convivial qui a montré l’attachement du personnel, au vue des costumes, a distraire les résidants.

Monsieur Carnaval sauvé par le Dieu Eole

P1010469.jpeg

_ACC7226.jpgCette année, Monsieur Carnaval aura été épargné grâce au vent. Pourtant, tous les enfants des écoles maternelle et élémentaire de Montréal s'étaient bien préparés pour cet événement ce vendredi 16. Les rues du village ont été envahies d'animaux de toutes sortes : oiseaux, papillons, béliers, _ACC7228.jpgchèvres, chats. D'autres petits personnages étranges les ont rejoints : des arbres arborant leurs plus belles feuilles d'automne ou de la neige et pour d'autres, de jolies feuilles vertes et des fleurs aux couleurs vives. À n'en pas douter, le printemps arrive à grands pas. Et même si les nombreux _ACC7236.jpgparents qui accompagnaient et les enfants qui défilaient ne l'ont pas senti cet après-midi, les signes ne trompent pas, l'hiver s'en va.  Monsieur Carnaval n'a pas été réduit en cendres mais il ne perd rien pour attendre et la nature renaîtra.

04/10/2011

Montréal a vécu le salon du livre et de la maquette

Le  salon du livre se veut interactif et l’animation imaginée par l’animateur-écrivain  Patrick Hierard va permettre à tous les auteurs de faire découvrir leur œuvre  mais aussi leur style et leur sujet de prédilection. On va ainsi voyager dans la stratosphère poétique et dans la réalité-du monde rural. L’historique raconté avec des détails croustillants ou morbides démontre l’état d’esprit de l’écrivain où son sens aigu de faire partager ce moment privilégié avec le lecteur. Un écrivain a mène sa part de rêve dans la réalité du récit où l’histoire navigue dans les méandres de l’esprit. Les auteurs qui vous rencontrerez à ce premier salon de montréal vous proposent une immense palette allant de l’histoire à l’imagination, de la vie usuelle à l’écriture sanglante du polar. L’écrivain à du sang rouge dans ses veines et du sang noir au bout de la plume. Hélène Legrais, pascale Oriot prix méditerranéen des Lycéens 2011 seront les marraines de ce premier salon où l’on remarquera l’investissement de Patrick Hierard et le Café Littéraire de Villeneuve les Montréal, ainsi que le président du Cercle Méditerranéen de Littérature et pour aller au plus près le Cercle Culturel de Montréal. Le salon de la maquette va combler grands et petits allant des maquettes au modélisme sans oublier les figurines. Reproduction de scènes de film, aux divers réseaux de voie ferré, de lieux historiques jusqu’au modèles volants, roulants et navigants. D’ailleurs certains de ces reproductions sont dirigés à distance et ce par la main de ces passionnés. Dans ce salon si des particuliers montreront leur travail il y aura la participation des clubs de Carcassonne, du Lauragais et des Ailes d’Alairac. Pour arriver à ce résultat avec la présence de 30 auteurs, 20 maquettistes, l’UCAM a fait très fort et vous propose 2 journées extraordinaires.  

 

Un salon de la maquette, des miniatures et du modélisme qui prend forme !

 

On sent une certaine fébrilité du côté des organisateurs et des exposants car les 17 et 18 septembre. En effet l’UCAM se déploie en tous sens pour affiner ces 2 journées qui se veulent conviviales, instructives et divertissantes. Pour le plaisir des yeux les maquettes vont vous emmener dans le monde de Gulliver face aux miniatures et répliques. En prélude à ce salon le local Jean Barrou avec son ami et complice Christian Cathary finalise son exposition. Il met en place un diaporama et tel que son Airbus il espère que ce salon prendra un envol prometteur. Côté littératures 26 auteurs et 3 maisons d’édition seront là pour vous parler de leurs livres et vous entretenir sur leurs méthodes d’écritures. Le choix des thèmes, les recherches en aval ect… Enfin partie festive l’oreille du Hibou proposera  une soirée Irlandaise avec repas.

 

 Samedi 17 et dimanche 18 septembre  « un week-end extraordinaire !»

 

L’Union des Commerçants et Artisans de Montréal vous propose les 17 et 18 septembre de vous faire voyager dans l’imagination, le rêve et la découverte de la proposition de 2 salons en un. En effet une partie destinée au plaisir des yeux avec les maquettes, le modélisme et les miniatures où la participation d’exposants venus de Quillan, Pamiers, de Belpech, de Carcassonne et d’Alairac. Il y aura les locaux de l’étape comme Jean Barou et Pierre Ivern. Tout à côté le 1e salon du livre où sont inscrits 35 auteurs et 3 maisons d’édition représentant 4 à 5 auteurs. Ce salon sera parrainé par un duo féminin avec Hélène Legrais, auteurs de Best-sellers, et Pascale Oriot qui a obtenu cette année le Prix Méditerranéen. On note aussi la présence d’André Bonnet, président de du Cercle Méditerranéen de littérature. Les écrivains venus de Perpignan, Carcassonne, Pamiers, Toulouse, Albi, Mirepoix, Foix. Côté local on note la présence de Mario Ferrisi de Cailhau qui vient de sortir son dernier livre « Poésie sur parole » et aussi Patrick Hierard animateur du Café Littéraire de Villeneuve les Montréal. En sus l’Oreille du Hibou qui fait sa soirée d’entrée avec le repas spectacle de musique irlandaise le samedi 19h. Cette dernière association proposera aussi une exposition d’artistes peintres, sculpteurs et plasticiens qui sera aussi un plus. Le top de départ sera donné à samedi 17 à 10heures avec une inauguration officielle et en présence du Maire et Conseiller Général Christian Rebelle.  Nous rappelons que ces salons seront ouverts les 2 jours de 10h à 18h. Avec ces événements l’UCAM a réussit de regrouper les bonnes volontés, du Cercle Culturel, du Café littéraire, de l’Oreille Du Hibou. Un fait qui mérite d’être souligné.

Le 1e Salon du livre a reçu des félicitations et des encourageants des écrivains et lecteurs

 

C’était une première et à l’heure où la lecture et fortement concurrencée par les moyens audiovisuels qui ne laissent plus place à l’imagination du lecteur, offrir à la population le moyen de retrouver les verbes, les adjectifs, le déferlement de la plume ainsi que le sang noir de l’auteur qui déverse son ressenti force de détails était vraiment un défit d’importance. En effet il ne s’agissait pas de parler d’écrivains, mais de converser avec ceux-ci. Ce salon qui coïncide avec la rentrée littéraire et le trépignement à la veille des remises des grands prix, Goncourt, Renaudot, Femina, Interallié, Académie Française, Médicis, Nobel et autres qui seront décernés de septembre à décembre était une excellente opportunité. D’ailleurs l’une des Marraines Pascale Oriot est détentrice du Prix Méditerranéen des Lycéens, elle était accompagnée par Hélène Legrais édité chez Armand-Levy et est diffusée à gros tirages. Ces auteurs venus de très loin, d’Agen, d’Albi, de Toulouse et sa région, de Perpignan, de la Haute Ariège et de Pamiers ont côtoyé les locaux de Cailhau, de Villeneuve les Montréal, de Cennes-Monestiés mais aussi de Villesèquelande sans oublier Castelnaudary, Carcassonne et Narbonne. Durant ces 2 jours les lecteurs ont côtoyé ceux qui bercent leurs moments de calme et d’évasion. Sur l’ensemble on peut dénombre près de 1000 visiteurs dont une bonne part pour ce premier salon du livre. En somme l’UCAM a fait un pari gagné car si certains auteurs avaient fait un long déplacement, ils se félicitaient de l’accueil et l’organisation qui se voulait excellente.  

 

Le Salon de la maquette a séduit les plus grands et fait rêver les plus petits

 

L’UCAM a offert aux visiteurs sur ces 2 jours les 17 et 18 septembre les retrouvailles entre les maquettistes, modélistes et figuratifs et le public. Un salon où se sont côtoyés les incontournables des réseaux et matériels ferroviaires, aux représentations des châteaux cathares. Les répliques des matériels agricoles ont donné aux engins d’armée toute leur importance. On a vu du côté du club de Villasavary des jeunes maquettistes s’adonner  à leur passion et montrer que le bien faire n’attend pas le nombre des années. Les bateaux prêts à naviguer, en cale sèche pour cette exposition, ont révélé les détails de l’authentique. L’animation venue des ailes d’Alairac où avion et hélicoptères de toutes sortes ont fait des démonstrations très applaudies. Puis on est venu dans l’infiniment petit avec la représentation d’une scène de la guerre des anneaux, où dans un décor reproduit à l’échelle, les 3500 pièces décorées et peintes à la main ont séduit les petits. Les yeux émerveillés, ils ont eut l’air d’être des « Gulliver » mais pour les parents c’est l’appréciation du colossal travail en aval. Les exposants qui se sont exprimés ont appréciés l’accueil et surtout le travail fait depuis près de 3 mois pour mettre en place l’évènement et permettre à tout à chacun de montrer le travail anonyme de leur atelier. On a relevé des visiteurs venus de la région mais aussi de Mirepoix, Carcassonne, Castelnaudary qui ont pu s’émerveiller sur ces 50 mètres linéaires d’exposition.

23/06/2011

L'ACCA de Montréal a préparé la saison 2011 / 2012

L’ACCA de Montréal a fait son Assemblée générale

04 juin 2011 001.jpg

C’est devant près d’une trentaine de chasseurs que l’A.C.C.A. a procédé à son assemblée générale. Autour du président Michel Keller, du secrétaire Jean Paul Corrèze et de Jean François Loubet suppléant du trésorier Dominique Andrieu, absent excusé, le maire Christian Rebelle avait 04 juin 2011 004.jpgpris place. Après une synthèse sur les lâchers de gibiers et la constatation d’une baisse sur le tableau de chasse des sangliers, d’ailleurs cela concerne aussi les autres équipes de la Malepère. Jean François Loubet donnait le compte-rendu financier, rappelant le solde antérieur de 4959€ et les recettes s’élèvent à 8626€ pour 6089€ de dépenses. La contribution de la section gros gibier s’élève à 1200€ et les frais de gardiennage sur cette partie s’élève à 500€. Le solde net s’élève à 7497€ dont la caisse gros 2606€ et 4890€ pour l’activité générale de l’ACCA. Le prix des cartes a été établi comme suit : Habitants du village 80€, propriétaires 50€, chasseurs extérieurs 150€ et gratuits pour les plus de 75ans. Suite à l’Assemblée Générale extraordinaire du début d’année, il était désigné par tirage au sort les tiers sortants pour les 3 années à venir. Sont donc sortants en 2012 Dominique Andrieu, Claude Riu, Jean François Loubet, en 2013 Michel Bazy, Georges Mazières, Richard Bénazet et en 2014 Michel Keller, Jean Paul Corrèze et Francis Gras. Voté à l’unanimité le contrat de gardiennage à Bernard Biau a été renouvelé. Le maire faisait remarquer qu’à la suite des événements qui ont provoqué l’intervention des services de la préfecture, la gestion en numéraire est exclue et doit figurer dans la comptabilité annexe de l’ACCA. Fût ensuite évoqué le lâcher de gibier en perdreaux et faisant et à la demande des chasseurs il est souhaité de confier cette tâche au garde-chasse. En ce qui concerne la chasse aux palombes et tourterelles elle sera ouverte tous les week-ends de la date d’ouverture et tous les jours de la semaine de la St Luc du 15 au 23 octobre. Jean François Loubet faisait état que les propriétaires avaient obtenu en contre partie de céder leurs terres au droit de vote (pour ceux détenant plus de 30ha) et une carte d’adhérent de l’ACCA. Ils disposeront de 3 cartes d’invitations nominatives valables dès le 3e dimanche après l’ouverture. Après des discussions sur les réserves, il était décidé le statut-quo. Le mot de la fin du premier magistrat qui faisait remarquer qu’il avait intervenu lors des incidents pour éviter que l’ACCA explose et que l’on se dirige vers un syndicat de propriétaires. Il demandait aux chasseurs de respecter les propriétés et de d’observer les règlements et les règles de sécurité. Ensuite les participants se retrouvaient autour du traditionnel repas.

05/04/2011

Lieutenant de Louveterie une histoire, une réalité

02 avril 2011 003.jpg

Montréal a accueilli l’Association des Lieutenants de Louveterie.

Il faut remonter au 9° siècle quand Charlemagne organisa l’action des équipages de chasse du loup dit « La Louveterie » pour répondre au besoin de protection  des citoyens contre leurs prédateurs naturels, les animaux sauvage et dont le loup. Au 17° siècle Henri IV concrétisa officiellement cette fonction. Plus tard la Louveterie était l’équipage attitré du dauphin et louis XIV en fit la Vénerie Royale et au 18° siècle Louis XV plaça les Lieutenants de Louvèterie sous les ordres des intendants des Provinces, aujourd’hui les préfets. Napoléon les dota d’un uniforme règlementaire.                           

200px-Lieutenant_de_Louveterie.jpg

 

A la révolution malgré les nombreuses réformes les Lieutenants de Louveterie, vu leurs rôles sécuritaires, survivent et sont rattachés à ce jour auprès du Ministère de l’écologie et du Développement Durable. La charte des Lieutenants de Louveterie repose sur 10 principes.

1) Répondre à toute demande de l’administration pour la régulation des espèces en respectant les règlements et règles de sécurité.

2) Remplir consciencieusement avec impartialité et objectivité son rôle de conseiller cynégétique de l’administration.

3) Parfaire ses connaissances en matière de biologie.

4) Etre un véritable homme de terrain connaissant son territoire.

5) Favoriser les liens entre chasseurs et le monde rural.

6) Etre capable d’organiser une battue.

7) Assurer avec diligence la recherche des animaux blessés et éviter toute souffrance inutile.

8) Participer à la lutte contre le braconnage.

9) Ne tirer aucun profit ou avantage de sa fonction.

10) Connaître parfaitement les articles du Code Rural et les textes règlementaires liés à sa fonction.

LA_LOUVETERIE_EN_LIMOUSIN_DE_11800_A_1914.jpg
C’est ainsi que venus des 4 coins du département à l’invitation de l’un d’entre eux Bernard Breil maire-Adjoint de la commune qu’ils se sont réunis pour préparer l’Assemblée Générale de l’Association. La vingtaine de présents en ont profité pour évoquer quelques problèmes et interrogation des chasseurs et défenseurs de la faune sauvage.   

10/03/2011

Une tradition bien ancrée, la fête du cochon

PREPARATION DU COCHON 002.jpg

La mort du cochon avec sa découpe et la préparation des différents produits était dans les temps une vraie fête. Amis, voisins et parents se donnaient la main. En effet les hommes se mettaient à plusieurs pour tenir l’animal, le saigner et pour le raser ensuite PREPARATION DU COCHON 003.jpgon le pendait sous l’appentis avant de l’ouvrir et le découper. Les dames s’affairaient à faire chauffer l’eau pour cuire le boudin. Elles préparaient la machine à couper la viande pour préparer la saucisse. Elles nettoyaient les boyaux et dans certains endroits on faisait aussi le « mïas ». Si pour des questions sanitaire il est interdit de tuer le cochon à la maison, et avec la disparation des anciens et de leur savoir faire, cette tradition s’estompe peut à peut. Le comité des fêtes de Villeneuve les montréal a tenu à garder cette tradition et garder cette convivialité et ce savoir faire. Ce sont les PREPARATION DU COCHON 005.jpganciens comme Marcel Clanet le maire, son épouse lisette et Anne Marie qui ont apporté leur expérience autour des quartiers de cochon livrés de l’abattoir, découpe de côtes qui allaient être dégustées sur la braise. La viande passée à la moulinette malaxée et salée, poivrée suivant les proportions bien établies devenaient saucisse qui allait être vendue à la population pour amortir le coup du cochon. Les nouveaux arrivants n’ont pas dédaignaient cet enseignement où le savoir faire remplace les meilleurs écrits. En somme une tradition qui mérite d’être signalée ainsi que le dévouement des bénévoles.

25/06/2010

Le Messager Audois

COLOMBOPHILIE CHEZ Mme Paulette CAMPLONG 013.jpg Le pigeon voyageur possède des qualités exceptionnelles d'instinct, d'orientation, de repère et surtout le sens de la propriété. Sa mémoire visuelle se déclenche dès son premier envol autour du pigeonnier, il a une prodigieuse mémoire visuelle qui va lui permettre de trouver son pigeonnier dès qu'il a repéré son lieu d'origine par son sens de l'orientation aiguisé. COLOMBOPHILIE CHEZ Mme Paulette CAMPLONG 010.jpg Bagué à ses premiers jours dans les 5 à 10 jours il reçoit sur une patte il a la bague officielle de la Fédération Nationale qui change de couleur suivant les années, et sur l'autre patte il lui est attribué la bague de l'élevage qui va permettre de le rapatrier vers  son pigeonnier s'il venait à se perdre.

C'est d'ailleurs par dessus cette dernière que l'on met la bague provisoire destinée à la compétition. C'est avec celle-ci que l'on enregistre l'heure d'arrivée et donc la vitesse calculée en mètres/seconde. On peut différencier 3 sortes de concours, comme la vitesses sur des parcours autour de 300 km, demi-fond jusqu'à 500 km et Fond et Grand Fond allant de 500 à 1 000 km, à vol d'oiseau il s'entend. COLOMBOPHILIE CHEZ Mme Paulette CAMPLONG 016.jpg

Dans les pigeons voyageurs on peut différencier les Jeunes nés dans l'année, les Yearlings qui ont 1 an et les Vieux au-delà jusqu'à leur mort. Pour ces courses les pigeons sont mis en loge, paniers, le samedi, amenés sur le lieu de lâcher puis libérés tous en même temps à l'heure de référence. Pour le Messager Audois société colombophile du Carcassonnais dont Paulette Camplong de Montréal en est la présidente, les lâchers se font du stade des Pyrénées de Bram depuis que Carcassonne a dû s'abstenir suite à l'expansion de l'aérodrome de Salvaza. Quand on pose à M. et Mme Camplong si beaucoup de pigeons se perdent vu la distance, il est vrai que des lâchers sont fait depuis la Belgique, pour la saison qui se déroule d'avril à août, ils en ont perdus que trois. Une anecdote au passage, un pigeon perdu en 2006 est revenu il y a un mois tout juste au pigeonnier.COLOMBOPHILIE CHEZ Mme Paulette CAMPLONG 006.jpg C'est instinct est très encré dans les gênes, la preuve il en est que si pour des raisons d'amélioration il arrive d'acheter des reproducteurs dans d'autres pigeonniers, il ne peuvent plus être relâchés car il reviendraient à leur pigeonnier d'origine. Exclusifs dans leur couple jusqu'à la mort de l'un deux, le pigeon garde aussi ses attaches et défend bec et ergots son compartiment.

Le Messager Audois fait partie d'un groupement  qui comprend l'Ariège, l'Aude, les P.O., la Haute Garonne, le Tarn, l'Hérault et l'Aveyron. Ensuite ce groupement fait partie de la 17e région (sur 22). Nous reviendrons ultérieurement sur les différents concours avec la visite chez un autre éleveur montréalais. Que de grâce dans l'envol de ce messager qui a beaucoup donné avant l'invention du télégraphe, du téléphone et des ondes hertziennes et qui a sauvé beaucoup de vie. Le pigeon voyageur tout un symbole qui est demandé pour diverses manifestations, cérémonies, mariages, anniversaires et autres, se renseigner après de Mme Camplong au 04 68 76 23 28.

le 08 MAI 2008 025.jpg